2019 - Cyrano de Bergerac

2019 - Cyrano de Bergerac

Du 16 juillet au 10 août 2019
Prolongations jusqu’au 18 août 2019
24 représentations
20.000 spectateurs
 
Une comédie héroïque d’EDMOND ROSTAND
Mise en scène : THIERRY DEBROUX

Villers-la-Ville : à la fin de l’envoi, Cyrano nous touche
Dans un espace unique, servi par une très belle distribution emmenée par Bernard Yerlès, le héros de Rostand enflamme Villers et fait entendre son désarroi. (…) En choisissant de commencer par un court extrait du dernier acte, Thierry Debroux assume le côté sombre de la pièce d’Edmond Rostand. Le temps des illusions est passé. Roxane se morfond au couvent. Depuis 14 ans, Cyrano vient lui rendre visite pour être sa « gazette ». (…) En quelques minutes, la mise en scène de Thierry Debroux est passée de l’ombre à la lumière, de la mélancolie à l’agitation joyeuse. (…) Thierry Debroux ne néglige rien du côté vivant, bagarreur, provocateur de Cyrano et Bernard Yerlès le campe avec l’énergie et le panache qu’on peut en attendre. Le duel du premier acte est magistral, la tirade des nez est lancée avec toute la verve nécessaire, le siège d’Arras remarquablement stylisé, la présentation de la compagnie des Gascons devient un haka aussi drôle que puissant… On ne s’ennuie pas un instant. Mais c’est surtout dans l’autre facette du personnage et de la pièce que le duo Debroux-Yerlès excelle. Le comédien est magnifique lorsqu’il s’enflamme pour sa belle. La scène où il peut enfin, à la faveur de la nuit, parler directement à Roxane en se faisant passer pour Christian est bouleversante. Interprétant le jeune homme, Damien de Dobbeleer évite le côté bellâtre, faisant ressortir toute la détresse de son personnage qui comprend petit à petit que la beauté ne lui suffira pas à être aimé. Anouchka Vingtier est une Roxane pleine de vie dont la détresse face à la perte de son amour n’en est que plus émouvante.
Jean-Marie Wynants, Le Soir, 25 juillet 2019

Nez pour jouer Cyrano
Pudique et puissant, Bernard Yerlès en « Cyrano » emporte et bouleverse. (…) Yerlès, solidaire bien que solitaire, hardi bien que triste, non pas lion rugissant mais animal blessé, est profondément juste. Etrangement, il ressemble au Depardieu du film, alors qu’il est lui-même, déjà inoubliable. Christian et Roxane, d’ordinaires assez falots et fleur bleue sont eux aussi magnifiques, Damien De Dobbeleer est un jeune d’aujourd’hui à qui la sensibilité tient lieu d’éloquence, face à la Roxane d’Anouchka Vingtier bien trempée, intelligente, séduisante sans coquetterie, qui sait distinguer -du moins le croit-elle- la beauté où elle se niche. (…)
Sophie Creuz, L’Echo, 25 juillet 2019

Le panache de Yerlès
Dans les ruines de Villers, Bernard Yerlès campe un Cyrano de Berherac généreux et sensible. (…) Dans la mise en scène et l’adaptation de Thierry Debroux, qui transforme toute la pièce en une sorte de flash-back, ce sont d’abord les failles de Cyrano qui nous apparaissent, face à la grande blessure de sa vie : Roxane (Anouchka Vingtier), à qui il voue depuis toujours un amour infini sans jamais avoir osé le lui dire, à cause de ce nez qui le rend laid ? La Stature de Bernard Yerlès est parfaite pour incarner le côté bretteur et les colères de ce personnage à l’esprit brillant et indépendant. Mais là où le comédien nous cueille et nous bluffe, c’est lorsqu’il explore avec justesse et conviction la beauté intérieure et la sensibilité à fleur de peau de cet amoureux transi qui passera à côté de son existence. Mais avec panache.
Eric Russon, Moustique, 31 juillet 2019

Un pic, un cap… Que dis-je ? Un succès !
C’est un spectacle total et particulièrement bien huilé que ce Cyrano dont le rythme vous emporte durant 2h30.
Marc Welsch, L’Avenir, 19 juillet 2019

Cyrano-de-Bergerac-2019-DEL-Diffusion-Abbaye-Villers-la-Ville-
Cyrano-de-Bergerac-2019-DEL-Diffusion-Abbaye-Villers-la-Ville-
Cyrano-de-Bergerac-2019-DEL-Diffusion-Abbaye-Villers-la-Ville-
Cyrano-de-Bergerac-2019-DEL-Diffusion-Abbaye-Villers-la-Ville-
Cyrano-de-Bergerac-2019-DEL-Diffusion-Abbaye-Villers-la-Ville-
Cyrano-de-Bergerac-2019-DEL-Diffusion-Abbaye-Villers-la-Ville-
 

LA DISTRIBUTION
BERNARD YERLÈS (Cyrano de Bergerac)
ÉRIC DE STAERCKE (Comte de Guiche)
MICHEL PONCELET (Ragueneau)
JEAN-PHILIPPE ALTENLOH (Le Bret)
ANOUCHKA VINGTIER (Roxane)
DAMIEN DE DOBBELEER (Christian de Neuvilette)
BÉATRIX FERAUGE (La Duègne – Mère Marguerite)
JULIEN BESURE (Valvert)
OLIVIER FRANCART (Lignière)
JEAN-FRANÇOIS ROSSION (2ème Marquis – Carbon)
MARC LAURENT (1er Marquis – 1er Poète – Cadet)
ANTHONY MOLINA-DIAZ (Le Mousquetaire – Cadet)
MICKEY BOCCAR (Brissaille – L’Apprenti – Cadet)
MICHEL GAUTIER (Le Bourgeois – 2ème Poète – Capucin)
CÉDRIC CERBARA (Bellerose – 3ème Poète – Cadet)
WILLIAM CLOBUS (Le Voleur – Poète – Cadet)
STEPHAN FRASER (Montfleury – Cadet)
CLAUDINE GOURDIN (Lise – Un Sœur)
LUCIE DE GROM (La Distributrice – Sœur Marthe)
ARTHUR FERLIN (Le Jeune Homme – Cadet)

L’ÉQUIPE DE RÉALISATION
Mise en scène : THIERRY DEBROUX
Adaptation scénique : THIERRY DEBROUX & PATRICK de LONGRÉE
Création des costumes : ANNE GUILLERAY
Scénographie : VINCENT BRESMAL & MATHIEU DELCOURT
Création des éclairages : CHRISTIAN STENUIT
Assistante à la mise en scène : CATHERINE COUCHARD
Chorégraphe de combats : JACQUES CAPPELLE
Création des maquillages : FLORENCE JASSELETTE
Maquillages : FLORENCE JASSELETTE & GAËLLE AVILES
Moulage nez : CÉLINE YETTER
Accessoires : ZOUHEIR FARROUKH
Régie de plateau : DAVID DETIENNE & HUGUES VANELSLANDER
Régie lumières : CHRISTIAN STENUIT
Régie son : SYLVAIN ROBIJNS & CHRISTOPHE BOUSSEREZ
Habilleuse : MARIANNE BRACONNIER
Assistant habilleuse : JONAS JANS
Construction des décors à Villers : JEAN-JACQUES ALLART / FRANCIS DEBON / OLIVIER DE BONDT / DAVID DETIENNE / PHILIPPE HAZEE / ANTOINE VANAGT / OLIVIER WATERKEYN
Construction des décors en atelier : YAHIA AZZAYDI / PATRICK CAUTAERT / LUCAS VANDERMOTTEN
Sous la direction technique de : GÉRARD VERHULPEN
Peintures des décors : OLIVIER WATERKEYN
Confection des costumes : ANNE GUILLERAY / CHLOE DILASSER / LAURE NORRENBERG / CHANDRA VELLUT / SARAH DUVERT
Relations Presse : FRANCOISE BOUZIN (Agence Cinna)
Graphisme : DAVID SAMUËL COURTOIS
Responsable jobistes : ROMAIN TIELEMANS
Accueil reservations : SANDRA BRENDERS

Produit par RINUS VANELSLANDER & PATRICK de LONGRÉE

 

LE CONTEXTE HISTORIQUE ET LITTÉRAIRE DE CYRANO DE BERGERAC

En cette fin de 19ème siècle, la France se remet difficilement de la défaite de 1870 (guerre franco-allemande) et garde obstinément un « œil fixé sur la ligne bleue des Vosges », regrettant la perte de l’Alsace et de la Lorraine. C’est dans ce climat de nationalisme exacerbé et désir de revanche qu’éclate, en 1894, l’affaire Dreyfus, qui coupera la France en deux jusqu’en 1906 et laissera de profondes cicatrices. L’assassinat, en 1894, du Président de la République Carnot par l’anarchiste italien Caserio ne contribue pas à apaiser les esprits. Pas plus les conquêtes coloniales (prise de Tombouctou par Joffre en 1894 ; début du conflit franco-anglais dans la vallée du Nil en 1895 ; annexion de Madagascar en 1896 ; protectorat français en Tunisie la même année ; tension franco-anglaise à la suite de la crise de Fachoda (incident diplomatique sérieux qui opposa la France au Royaume-Uni dans un poste avancé au Soudan) en 1898.

A la suite de la bombe jetée par Vaillant, en 1893, à la Chambre des Députés, et de son exécution, des lois dites scélérates permettent de limiter la liberté de la presse et de poursuivre durement les mouvements révolutionnaires. Mais, paradoxalement, l’effervescence politique n’engendre pas de révolution littéraire, sinon, peut-être, au théâtre. Le naturalisme donne des signes d’essoufflement ; Zola publie ses derniers ouvrages (Lourdes, Rome, Paris, 1894-1898) tandis que de jeunes romanciers semblent prendre la relève : Anatole France (Le Lys rouge, 1894), André Gide (Les Nourritures terrestres, 1897), Pierre Loti (Ramuntcho, 1897). Ailleurs apparaissent de nouvelles formes littéraires : le roman policier avec Conan Doyle (Les Mémoires de Sherlock Holmes, 1893), le roman de science-fiction avec H.G. Welles (La Machine à remonter le Temps, 1895), le roman historique avec H. Sienkiewicz (Quo Vadis ?, 1895). En peinture, c’est le temps de Gauguin (Paysage tahitien, 1893), de Toulouse Lautrec (Au Cirque Fernando, 1895), Monet (La Cathédrale de Rouen, 1894), Cézanne (Les Baigneuses, 1895), Pissaro (Effet de Nuit, 1897), le Douanier Rousseau (La Bohémienne endormie, 1897), Renoir (La Liseuse, 1895). En musique, triomphent Debussy (Prélude à l’Après-midi d’un Faune, 1894), et Paul Dukas (L’Apprenti Sorcier, 1897).

Quant au monde, il bouge. La société se transforme ; de nouvelles inventions viennent changer la vie des gens. Le cinéma d’abord, inventé par Louis Lumière en 1894 (première projection publique mondiale à l’Hôtel Scribe à Paris). Le gramophone se perfectionne. Le premier véhicule à essence d’Henry Ford voit le jour en 1893 ; les rayons X sont découverts en 1895 ; la ligne principale de chemin de fer anglais est désormais électrifiée (1895) ; Marconi fait une démonstration de télégraphie sans fil en 1896. Enfin, Clément Ader, à bord de son avion, vole sur cent mètres (1897). Pendant que Pierre de Coubertin remet en vigueur, en 1894, les Jeux Olympiques.
C’est donc dans ce bouillonnement d’inventions, de passions patriotiques, de conquêtes lointaines et héroïques qu’a lieu la Première de Cyrano de Bergerac.

LA TRIOMPHALE PREMIÈRE DE CYRANO DE BERGERAC

Le tableau le plus vivant de cette soirée mémorable est, sans doute, celui fait par Max Favalelli (journaliste français) sous le titre : «  27 décembre 1897 : la triomphale première de Cyrano de Bergerac ». En voici de larges extraits.

La fièvre monte de minute en minute. Les figurants sont déjà rassemblés dans les coulisses et le régisseur court, ainsi qu’un chien de berger, dans les couloirs pour rameuter les retardataires. « En scène pour le un ! En scène pour le un ! » Petits marquis enfarinés, précieuses relevant leur jupe de brocart sur un pied chaussé de soie, valets ajustant leur perruque : le long des escaliers dévale un torrent tumultueux dont le mugissement est dominé par la voix d’airain de M. Coquelin que l’on entend tonner dans sa loge. Jetant pêle-mêle les alexandrins les plus héroïques et les exhortations à don habilleuse, le grand acteur fait des vocalises.
« Des larmes au baiser, il n’y a qu’un frisson ».
Ne me serrez pas ainsi ! Vous me coupez la respiration. (…)
« Nous y allons, monsieur Rostand ? »
Une main de glace serre le cœur d’Edmond Rostand. Le sort en est jeté. Le Tout-Paris occupe l’orchestre et la corbeille de la Porte Saint-Martin. Au milieu des plastrons empesés, les plus jolies femmes composent un parterre que domine Jeanne Harding, fleur de perles et de diamants.
Mais il y a aussi tous ceux qui, au soir d’une répétition générale, font et défont les gloires à leur gré. Le bataillon des critiques dramatiques conduit par Francisque Sarcey qui balaie les fauteuils de ses jumelles et salue ses voisins en dodelinant sa grosse tête pelucheuse, comme un ours savant. Il y a pire encore : ces beaux esprits qui, d’un seul mot acéré, ruinent une réputation. Ce petit monsieur, par exemple, dont le crâne en vieil ivoire semble vissé sur la porcelaine du vieux col. « Georges Clémenceau est au dixième rang ! » a-t-on glissé à l’oreille de l’auteur qui flageole sur ses jambes.
– « Qu’avez-vous ? » demande Coquelin, affolé. « Mon ami, j’implore votre pardon.
– Mais de quoi ? –De vous avoir donné, à vous, Coquelin, une pièce aussi inepte, aussi mal écrite. Nous courons à un échec certain. Mon Dieu, comme j’avais raison de vouloir la retirer. Pardonnez-moi ! »
Certes Coquelin l’a réconforté, l’a tancé. « Vous êtes fou, mon jeune ami. C’est un chef-d’œuvre que vous m’avez confié ! » Mais il est de pieux mensonges. Et Rostand s’interroge. Certains de ses interprètes laissent percer leur scepticisme. Seule Maria Legault, à laquelle on a confié le rôle de Roxane, affiche une foi aveugle. Ces acteurs, on ne leur a signé un contrat que pour la durée de la pièce ! Voilà bien qui est la preuve formelle du pessimisme de la direction du théâtre. D’ailleurs, celle-ci ne s’est risquée qu’avec prudence dans cette aventure. Cinq actes en vers ! Il avait fallu l’intervention de Coquelin, comédien célèbre et adoré du public, pour faire accepter pareille fantaisie. On l’avait fait adroitement comprendre à Edmond Rostand en l’invitant à participer aux frais. Soixante-mille francs or, c’est une somme. Sans que cela permette cependant de se montrer fastueux. Et on avait lésiné sur les décors. On avait utilisé d’anciennes toiles hâtivement rafraîchies. Les réserves du magasin d’habillement avaient livré quelques vieilles défroques dans lesquelles on avait taillé les costumes des Cadets. (…)
« Monsieur Rostand, tout est prêt. » Rostand sursaute, émerge de ses rêves. Le régisseur brandit le brigadier. Les trois coups éclatent ainsi que trois détonations. Le rideau monte lentement, découvrant un gouffre rose et or, au fond duquel respire et remue une hydre aux mille têtes. « Holà ! vos quinze sols !... » Le public n’est pas encore accroché. Il est encore distrait. (…)
« Le four. Le four noir ! » murmure Rostand. Mais une salve le cloue contre la tenture derrière laquelle il épie la salle. « Ils » applaudissent… Est-ce possible ? Cyrano entre en scène. Cela redouble. Pâle, les lèvres serrées, Rostand écoute avec délices ce tonnerre qui roule. « Rostand n’en croit pas ses oreilles » blague Jean Coquelin qui l’observe de loin. A la fin du premier acte, le rideau ne se baisse qu’après neuf rappels ! Rostand, les tempes bourdonnantes, tombe dans les bras de Coquelin.
« Ouf ! ça y est », lui dit-il tout bas. Pourtant Rostand doute encore. Le deuxième acte fait fondre ses craintes superflues. A la fin du troisième acte, le triomphe de Cyrano de Bergerac se mue en délire. Une énorme clameur monte dans la salle : « L’auteur ! L’auteur » Dans un brouillard, Rostand aperçoit deux mille, trois mille mains qui se tendent vers lui. Une pluie d’éventails et de gants s’abat sur ses épaules ! (…)
La représentation reprend sans que l’enthousiasme ait faibli. Bien au contraire. « Je n’en puis plus ! » soupire Rostand. Et pourtant, un nouveau succès le guette. Alors qu’il surveille la plantation du décor du cinquième acte, on lui frappe sur l’épaule. « Un monsieur vous demande dans sa loge. Si vous voulez bien me suivre. » Intrigué, Rostand franchit la porte de fer et pénètre dans une avant-scène. Coquelin l’accueille, avec un drôle de sourire au coin des lèvres. « Avancez, je vous prie. » Coquelin s’efface et Rostand se trouve à l’improviste devant un inconnu qui lui tient ces singuliers propos : « Monsieur, au nom du Président de la République, dont je suis ici le représentant, je vous fais chevalier de la Légion d’honneur ! » (…)
Le cinquième acte est haché par des acclamations. Avec une ferveur extraordinaire, Coquelin lance les deux derniers mots : « Mon panache ! ».
Un cri formidable lui répond. On relève le rideau plus de quarante fois et l’on se résout, pour apaiser les spectateurs, à le laisser ouvert. Il est deux heures du matin et les témoins de ce miracle pleurent, rient, chantent et refusent d’évacuer la salle …

LE METTEUR EN SCÈNE : THIERRY DEBROUX

Formé à l’INSAS (Institut National Supérieur des Arts du Spectacle), Thierry Debroux est comédien, auteur et metteur en scène. Depuis 2011, il dirige le Théâtre Royal du Parc à Bruxelles.
Il est l'auteur de Crooner, Termini Roma (Prix de la COCOF pour le meilleur spectacle 1992), Moscou Nuit blanche, La Poupée Titanic (Prix de l'Union des Artistes, Prix de la SACD-Lansman, Prix de l'Académie Royale de Langue et de Littérature française de Belgique, prix du meilleur auteur au Prix du Théâtre 2000), Sand la scandaleuse, Le Roi Lune, Cinecittà, Eros Médina, Le Chevalier d'Éon, Le Jour de la Colère, Darwin, Robespierre, Made in China, Les Cabots Magnifiques, Le Maître des Illusions, Kennedy. La plupart de ses pièces sont éditées chez Lansman.
Il a signé de nombreuses adaptations dont Le Maître et Marguerite de Boulgakov, Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier, Biedermann et les Incendiaires de Max Frisch, L’Odyssée d’après Homère, Le Noël de M. Scrooge d’après Dickens, Méphisto d’après Gœthe.
Il a mis en scène, entre autres : Le Tour du Monde en 80 jours d’après Jules Verne, Le Livre de la Jungle d’après Kipling, Scapin 68 de Molière, Hamlet de Shakespeare, L’Île au Trésor d’après Stevenson, Les Trois Mousquetaires de Dumas, Dom Juan de Molière, Jascha de Yasmina Reza, La Chambre bleue de David Hare, L'Atelier de Jean-Claude Grumberg.
Il est scénariste de la série Les Petits Meurtres d’Agatha Christie diffusée sur France 2. Son film Le Silence des Églises a reçu le prix du Meilleur scénario au Festival de Luchon. Il a co-écrit Un Cœur qui bat pour France 2 et a reçu le Grand Prix International du Film Scientifique au Festival de Pariscience en 2011.
Il a joué à Villers-la-Ville dans Macbeth de Shakespeare en 2003.

NOTE DU METTEUR EN SCÈNE

Cet été, je vais vivre deux rêves. Le premier est de monter le chef-d’œuvre d’Edmond Rostand et le deuxième de mettre en scène ce spectacle dans le cadre magnifique de l’abbaye de Villers-la-Ville. Voici plusieurs années maintenant que je prends énormément de plaisir à monter des textes qui s’adressent à un large public. Voir trois générations s’installer dans une salle pour écouter et regarder la même histoire donne beaucoup de sens à mon métier.

On ne monte pas cette pièce avant d’avoir trouvé son Cyrano.

Je connais Bernard Yerlès depuis au moins 30 ans, j’ai eu la chance de le mettre en scène dans le rôle de Dom Juan au Théâtre Royal du Parc … C’est tout naturellement que j’ai pensé à lui pour qu’il prête sa chair, sa voix et son … nez au personnage mythique de Rostand. Voici plusieurs années maintenant qu’on revoit Bernard sur nos scènes et c’est tant mieux. C’est un acteur puissant, généreux. A la première lecture, je sentais déjà poindre l’émotion, l’humour et le panache !

Constant Coquelin a 56 ans quand il crée le rôle au Théâtre de la Porte Saint-Martin en 1897.

Le vrai Cyrano et la vraie Roxane dont s’est inspiré l’auteur avaient respectivement 25 et 29 ans lors du siège d’Arras dont il est question au quatrième acte. A l’acte suivant, qui se passe au couvent, quinze années sont passées. Ils ont 40 et 44 ans.

C’est donc une pièce qui se déroule sur deux époques. Il y a le temps de la jeunesse et celui du souvenir. Cyrano mourant, visite une Roxane qui s’est éloignée de la vie. Cyrano meurt en 1655 er Madeleine Robineau, dite Roxane, le suivra cinq années plus tard.

L’abbaye de Villers-la-Ville est un décor en soi qu’aucune scénographie ne pourrait effacer. Cela tombe bien avec une pièce comme Cyrano puisque la fin de l’histoire se déroule justement dans un couvent.

J’ai donc imaginé que tout le récit se passe dans le souvenir de nos deux héros. Nous commençons par quelques répliques du cinquième acte pour basculer dans le passé, quinze ans plus tôt. Et nous revenons bien entendu au cinquième acte, tel qu’il a été prévu par l’auteur. Cela permet de justifier la présence très forte et symbolique des ruines de l’abbaye.

Pour Roxane, j’ai choisi l’actrice qui incarnait Elvire aux côtés de Bernard Yerlès dans le Dom Juan. Anouchka Vingtier vient de jouer en quelques mois d’intervalle, Ophélie et Lady Macbeth, deux personnages de Shakespeare à l’opposé l’un de l’autre. Dans son parcours d’actrice, elle est donc à cet instant très particulier qui lui permet encore d’incarner la jeunesse tout en abordant déjà des rôles qui exigent plus de maturité. Et c’est exactement ce que je cherchais pour le personnage de Roxane.

J’ai la passion du texte mais aussi des images. C’est avec Vincent Bresmal pour la scénographie et Anne Guilleray pour les costumes, que j’ai rêvé aux images du spectacle. Sans être dans de la pure reconstitution historique, nous serons néanmoins fidèles à la période où se déroule l’action. Certaines pièces peuvent peut-être gagner à être jouée en jeans et pieds nus - j’ai d’ailleurs moi-même monté dernièrement un Scapin qui se passe en mai 68 - mais dans le cas de Cyrano, ce serait dommage, je trouve, de passer à côté du plaisir du costume d’époque.

Lorsqu’on monte un spectacle à Villers-la-Ville et qu’ensuite ce spectacle se joue à l’intérieur, on doit envisager le fait qu’il s’agira de deux créations différentes. Eclairer la pièce en plein air ou dans un théâtre à l’italienne n’a rien à voir, surtout si l’on veut profiter au maximum des potentialités des deux lieux. Il y aura d’ailleurs deux créateurs-lumières aux commandes : Christian Stenuit pour la version à l’extérieur et Xavier Lauwers pour l’intérieur.

Nous aurons le plaisir de jouer ce spectacle plus de 70 fois, dans des espaces aussi différents que l’abbaye de Villers-la-Ville, le Théâtre Royal du Parc, l’Aula Magna à Louvain-la-Neuve, au Wolubilis à Bruxelles et dans le magnifique Théâtre de Liège. Les vingt acteurs de la distribution vont donc pouvoir prendre le temps d’accompagner leur personnage sur un long parcours, ce qui est malheureusement trop peu souvent le cas.

Je voulais remercier tous les coproducteurs qui ont rendu cela possible.

Thierry Debroux, metteur en scène

Une coproduction de DEL Diffusion Villers, du Théâtre Royal du Parc, de l’Atelier Théâtre Jean Vilar, du Théâtre de Liège et du Théâtre de l’Éveil 
en coproduction avec Shelter Prod, avec le soutien de taxshelter.be et ING, avec le soutien du Tax Shelter du gouvernement fédéral de Belgique

Avec le partenariat officiel de
DUVEL – VW D’IETEREN FINANCE – EIFFAGE BENELUX – VALENS – LOTERIE NATIONALE – ORES – ABBAYE DE VILLERS – LA UNE – VIVACITÉ – TV COM – LE VIF/ L’EXPRESS – LE SOIR

Avec le concours de
Le Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Service du Théâtre)
Le Commissariat général au Tourisme de la Wallonie
La Province du Brabant wallon
L’Abbaye de Villers
L’Administration communale de Villers-la-Ville
Le Syndicat d’Initiative
La Maison du Tourisme du Pays de Villers
La Régie des Bâtiments
La Direction générale de l’Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine de la Région wallonne

Avec la collaboration de
RENT A CAR ENTERPRISE – CULLIGAN – DE CONINCK WINE & SPIRIT

 

Imprimer E-mail